Milos.

28 oct. 2017

https://ldmailys.blogspot.com/2017/10/milos.html

Sur les conseils de notre chère dame de l'Office de Tourisme, nous sommes donc allés sur Milos, moins touristique et plus authentique (selon la dame toujours, nous allons vérifier ça dans quelques instants). 

Donc, après 5h30 de ferry depuis le port Athìnias de Santorini, nous sommes arrivés au port d'Adamantas. 

Nous avons logé (à ma demande) dans un hôtel « typique grec » (comprendre les murs blancs, la piscine, la belle chambre, etc) sur les hauteurs d'Adamas. Sans hésiter une seconde cette fois-ci, nous avons loué une voiture ! Comme sur Santorini, pas de caution, 25€/jour et la possibilité de la laisser au bord de la route, près du port, lorsque nous prendrons le ferry deux jours plus tard à 6h du matin.

Ici non plus, l'eau n'est pas buvable, il faut acheter de l'eau en bouteille (bon, elle a moins le goût de la mer que sur Santorini puisque cette fois-ci, nous avons au moins pu l'utiliser pour nous laver les dents).

Le gérant de l'hôtel nous a entouré sur une carte toutes les belles plages, et nous a indiqué des restaurants. J'ai dit à mon chéri « Donc pour lui, touriste = plages ? » Après quelques recherches, en fait, sur Milos, il y a surtout des plages à voir.

- Trajets :

La moitié Sud de l'île n'est pas praticable en voiture (le monsieur qui nous l'a louée nous a dit que les chemins étaient tellement pourris que ça allait bousiller la voiture), ce qui réduit quand même pas mal nos vadrouilles, on ne veut pas tenter le diable avec notre voiture louée.

Si jamais vous souhaitez quand même aller dans l'autre partie de l'île, il est toujours possible d'y aller avec une voiture ou un quad. Vous pourrez ainsi visiter ces quelques lieux : Cape Vani, la plage de Sikia et celle de Kleftiko.

Le majeur problème de Milos est que, étant donné que l'île est très peu touristique, les panneaux ne sont pas sous-titrés en anglais ! Alors j'espère que vous avez une mémoire visuelle parce qu'il va falloir décrypter les écritures grecques. Les panneaux sont également indiqués juste au moment où il faut tourner, pas en avance.

Sur Milos il n'y a pas de réseau de bus donc vous n'aurez pas d'autre choix que de louer une voiture.

A Adamas, toutes les routes partent du port, du coup, il fallait toujours redescendre vers le port pour trouver nos routes. Sachez qu'aucune route n'est limitée à plus de 50km/heure, (mais personne ne respecte les limitations j'ai l'impression). D'un autre côté, vu l'état des routes ça m'étonnerait que vous puissiez rouler bien plus vite. 
 
- Sur les traces de la Venus di Milo et du Théâtre de Tripiti :

Pour y aller vous passez dans des rues hyper étroites en plein village avant de pouvoir accéder à une route un peu plus correcte, comme pour beaucoup de choses, le théâtre est un coup indiqué et un coup plus, donc assez compliqué à trouver...

Moi en lisant le panneau : « Oh regarde, la Venus de Milo, oh et elle est exposée au Louvre ! C'est marrant qu'elle ai été trouvée ici. »
Mon Chéri : « Oui, enfin en même temps elle s'appelle "di Milo"... Milo = Milos »

Tout ça pour vous dire que nous avons vu l'endroit où a été trouvée cette fameuse Vénus.

Par un escalier qui descend, vous pouvez aller visiter les Katacombes, mais je ne vous en parlerai pas car nous n'y sommes pas allés. 

Nous avons pris un chemin de randonnée qui nous a amené à l'Ancien Théâtre de Tripiti. Une partie est encore en excellent état car elle est souvent rénovée. Il ne reste plus que la partie inférieure du Théâtre. J'ai été conquise par l'emplacement de ce théâtre, éloigné de la ville et il donne une vue magnifique sur la mer car il n'est pas loin de la côte.

Sur la colline au-dessus de vous, il y a une église, où vous pouvez monter par un chemin également. Là-haut, vous aurez vue sur la mer, ainsi que sur tous les alentours - y compris sur les terrasses en contrebas.


  
- Plaka :

Lorsque nous y sommes allés, on n'a pas trop capté où on était car il n'y avait pas de panneau indiquant la ville. Il s'est avéré que nous étions à Plaka.

Plaka est toute petite (elle me fait un peu penser à Lefkes sur Paros ou à Pìrgos sur Santorini). Il y a plusieurs musées dans la ville. 

Contrairement à ce que l'on pourrait croire en voyant la taille des villes, Plaka est la capitale de l'île (nous pensions que c'était Adamantas car elle est bien plus grande et que le port se trouve là-bas)

Il y a un château et une église qui surplombe la ville, pendant la montée, par des escaliers, vous verrez d'énormes cactus sur lesquels ont été gravés des noms, prénoms, date, etc. 


- Firopotamos : 

La route pour descendre est vraiment raide, mais vous pouvez descendre en voiture ou à pieds. 

Niveau plage en elle-même, ce n'est fou. Par contre, vous pouvez prendre le chemin qui monte au-dessus du port, et là, vous aurez une vue vraiment belle. L'eau est à la fois turquoise et bleue claire, c'est reposant. 

Comme dirait mon chéri : « C'est surtout un endroit Instagram »


- Tsigrado : 

Vous pouvez vous rendre en voiture, par une route de terre, jusqu'au-dessus de la plage. Ensuite, il vous faut descendre la falaise à pieds. 

Honnêtement, le panneau en haut qui annonçait que « La descente à la plage se fait à vos risques et périls », nous a un peu refroidis. Nous sommes donc descendus juste un peu pour voir si ça valait le coup ou non de nous risquer à descendre. 

On a bien fait car cette plage de sable blanc était entièrement recouverte d'algues (je déteste ça). La plage est située dans une sorte de cave, un arc de cercle où se réfugie la mer.

On a donc filé vers la plage suivante, sans regrets !

- Sarakiniko, premier coup de cœur 💖 : 

La plage la plus époustouflante que j'ai vue de nos vacances.

En fait, ce n'est pas réellement la plage en elle-même qui fait tout ce charme, mais la mer de rochers blancs qui l'entourent de tous les côtés. 

C'était une pure merveille. Le blanc des rochers se mêlait au bleu turquoise ou foncé de la mer dans une harmonie vraiment dingue.

Nous nous sommes baladé bien 1h voire 1h30 dans ces rochers qui ont été sculptés par les éléments.

Lorsque l'on continue la balade sur le côté gauche de la plage, nous arrivons au bord de la falaise. Ici, il y a un pont qui a sûrement été sculpté par le courant de l'eau. Ce pont est à flanc de falaise et surplombe un gouffre où l'eau de mer entre et ressort en faisant des vagues énormes qui s'éclatent sur les rochers. C'était vraiment un beau spectacle même si je suis restée bien assise assez loin de ce gouffre (car les rochers qui l'entourent sur lesquels on peut marcher sont en pente). Agitée comme elle l'était avec ce vent, toute personne qui tombait là-dedans aurait été fichue. 

A l'arrière de la plage, vous pouvez aller jeter un œil aux grottes qui se trouvent dans les roches. 

L'eau proche des falaises de rochers étaient d'un beau bleu très foncé tandis que l'eau qui se trouvait près de la plage était transparente et turquoise. Comme quoi, la nature sait drôlement nous surprendre.



 - Pollonia :

Je vais passer rapidement car honnêtement, il n'y a rien à voir à Pollonia (selon moi), la ville n'est pas très jolie, il y a une plage mais rien de fou. 

Sur la route qui mène à Pollonia, il y a un site archéologique (Neolithic Settlement) au bord de la falaise. L'entrée est de 2€ par personne et la visite est bouclée en 15minutes. Si vous n'êtes pas des passionnés de l'archéologie, ça ne sert à rien d'y aller. 

Par contre, une centaine de mètre plus haut vous pouvez faire une petite balade au bord de la falaise. Étant donné qu'il y avait une corde par terre, je n'étais pas très rassurée de me balader ici, cependant, si vous êtes un peu plus aventurier que moi, n'hésitez pas une seule seconde à longer la falaise par les petits chemins. 


En contrebas, vous pourrez apercevoir la plage de « Papafragas ».

 

- Firiplaka, deuxième coup de cœur 💖 : 

En voiture, vous pouvez descendre jusqu'au-dessus de la plage. Ensuite, il vous faut descendre par le chemin et longer la mer jusqu'à la plage. 

C'est une plage de sable blanc. Sûrement connue pour son énorme rocher planté là au milieu. 

Au début de la plage, vous pourrez trouver des transats et un petit bar. 

Si vous continuez plus loin, la plage est un peu plus sauvage mais toujours aussi jolie. 

Attention : sachez que, visiblement, en Grèce il n'y a pas de plages pour les nudistes et de plage pour les maillots de bains, apparemment, tout est mélangé, ça nous a un peu surpris. 

Nous avons donc tourné la tête et été plus loin sur la plage, après le gros rocher. 

Le vent souffle plutôt fort, le soleil n'était là que par intermittence mais l'eau était quand même plutôt chaude. Avec le vent qu'il y avait je ne me suis pas baignée entièrement mais j'ai trempé les jambes jusqu'aux genoux. 

Nous y avons passé une bonne heure puis nous sommes repartis (on avait faim)



- Voulia : 

Hé bien, sachez que nous n'avons absolument jamais trouvé la route qui menait à cette ville. J'avais lu sur internet qu'il y avait des sources chaudes, et je voulais absolument voir ça. 

Sauf qu'on a eu beau tourné, on n'a jamais rien trouvé. Nous pensons que la route qui y amenait était bloquée par un énorme chantier.

On a essayé par la ville de Pollonia, mais la rue était bloquée en sens interdit dans notre sens.

Par contre, on a trouvé un coin assez sympa caché derrière Pollonia, je ne saurai pas vous dire quelle plage c'était (peut-être Polychronis ou Cape Pelekouda). Il n'y avait pas de sable mais des rochers sur lesquels on a mangé un bout. Il est possible de s'y baigner.


- Adamantas :

De jolies ruelles piétonnes qui montent tout au-dessus du port. Beaucoup de restaurants qui bordent le port. Nous n'y avons pas été longtemps, seulement le temps d'attendre une heure correcte pour manger. 

- Mon bilan :

Milos est surtout riche de ses plages, si vous n'y allez pas pour la bronzette, allez donc plutôt sur une île touristique. Si vraiment vous cherchez un endroit paisible pour vos vacances, c'est l'endroit idéal.

Petits Mots

Ton adresse mail ne sera pas publiée. Tu peux aussi commenter avec uniquement ton prénom.
  1. Jolies photos et belle plume. Intéressant et agréable à lire. ✒����

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie encore, merci pour tout. 🌸 J'essaie d'écrire très vite sur Paros et Athènes, j'ai un peu chaumé ces derniers jours. 😄

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Merci Rachel, il faut dire que le lieu s'y prête à merveille ! :)

      Supprimer
  3. Magnifiques photos. je sais qu'il est possible de faire un tour de l'île en bateau,ça peut être bien pour avoir un autre point de vue et accéder à des plages à l'Ouest. Moi aussi j'avais un à priori car on est pas très plage, et finalement, le charme a opéré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je pense qu'ils doivent organiser des croisières, tu as raison de le préciser. Ça doit pouvoir éviter de bousiller la voiture (ou alors il faut louer un 4x4). Ceci dit, avec le mal de mer carabiné que j'ai, on évite de prendre le bateau sauf en cas de nécessité ou de "à ne louper sous aucun prétexte". ;)

      Supprimer