Comment organiser son road trip Californien ?

2 nov. 2018

https://ldmailys.blogspot.com/2018/09/comment-organiser-son-road-trip.html

Quand on part longtemps, comme nous l'avons fait, il faut organiser un minimum son séjour, estimer le budget, trouver comment le réduire, et surtout ... Savoir ce que l'on veut visiter et arriver à estimer le temps nécessaire !

Faire des listes :

Je suis une grande amatrice de listes. Je vais des listes pour tout et tout le temps. Ça m'aide à y voir plus clair et comme ça j'arrive aussi à sélectionner l'essentiel. J'écris tout sur papier, car sur l'ordinateur, je ne trouve pas ça assez maniable.

Ce qu'on emmène dans la valise :

Les personnes avec qui je partais, m'avait prévenue qu'il ferait froid à San Francisco pendant les mois de juillet et août. Il me fallait donc prévoir pulls, pantalons, doudoune, chaussures fermées. Je savais également que nous passerions par Los Angeles, que nous marcherions beaucoup et surtout, que nous irions à la Death Valley, il me fallait donc aussi prévoir des shorts, tee-shirts en manches courtes, etc. Je me suis servie de tout ce qu'il y avait dans ma valise, même en faisant régulièrement des machines - ceci dit, j'aurai tout de même pu alléger encore ma valise ! 

Évidemment, pensez aux adaptateurs, embarquer une multi-prise, une tonne de carte mémoire, des bouquins.

Moyens de transports, les temps de trajets, le prix de l'essence et le nombre de miles à parcourir :

Au début, nous avions opté pour un van aménagé, nous aurions économisé sur la nourriture puisqu'il y avait de quoi cuisiner, nous aurions pris une petite douche solaire pour nous doucher, et nous n'aurions pas forcément eu à payer un camping pour nous parker la nuit en utilisant l'application Park4night. Le fait est, que c'est très cher, et qu'à chaque fois que nous réservions, on nous proposait une autre offre car le van choisi n'était plus disponible, etc. Finalement, nous avons abandonné. On a tout simplement loué une voiture et emprunté une tente. 

Nous avons payé environ 650$ pour nos 3 semaines de location de voiture chez Dollar. Nous l'avons récupérée à l'aéroport (seul regret car nous n'avions pas capté que l'aéroport était si loin et nous avions la possibilité de choisir de la récupérer en ville). La récupération de la voiture est très rapide, et le dépôt également. Nous n'avons pas eu de mauvaise surprises (mise à part que la voiture avait du mal à accélérer dans les montées). La voiture était en bon état, confortable, spacieuse (c'était un de nos critères, au cas où on doive dormir dedans, et aussi pour ne pas galérer avec les valises). Sachez qu'il vous faudra payer un supplément pour les conducteurs âgés de - 26 ans. Nous n'avons pas eu besoin du permis international ou d'une traduction avec cette agence. Pour comparer les prix, on est passées par Easycar, plutôt pratique et c'est là que nous avons trouvé les prix les plus bas. Une fois sur place, nous avons rajouté une journée de location afin d'avoir la voiture pour retourner à l'aéroport : la meilleure idée du voyage (qui ne venait pas de nous) car ainsi nous n'avons pas eu à transporter les valises dans les métros et tramway !

L'essence n'est pas chère du tout, environ 1,5$/galons (soit 1,30€ pour 4,5L). Il vous faudra bien penser à faire le plein avant de vous approcher des parcs, car les prix grimpent en flèche ! Nous avons parcouru près de 3000 miles en 3 semaines (4828km), je pense qu'on a du faire le plein (30$) environ tous les 2/3jours selon comment on roulait. 

Lors de la location, ils vous demanderons si vous comptez emprunter les autoroutes payantes (il y en a 2 ou 3). Là-bas, cela fonctionne comme en Suisse, grâce à une vignette. Si vous vous faites contrôler sur l'autoroute sans vignette, vous aurez une amende. Nous avons emprunté que les autoroutes gratuites (indiquée par « Freeway »). On n'était pas toujours sûres de là où on se trouvait, surtout entre la Highway 1 et la Highway 101, toutes les deux gratuites mais elles sont souvent l'une sur l'autre alors c'était assez compliqué.

Sachez que là-bas, même en ville ce sont des 2x2 voies, donc sur l'autoroute, ne vous étonnez pas de trouver des 5x5 voies. Au niveau des limitations de vitesses, vous pouvez rouler jusqu'à 10MPH au-dessus de la vitesse indiquée (donc quand c'est indiqué 65 vous pouvez rouler jusqu'à 75). Par contre, à côté de ça, vous avez des panneaux sur les routes pour dénoncer les personnes qui conduisent en état d'ivresse. 

La conduite en Californie est très tranquille et sereine, personne ne vous colle, personne ne double (bon, ok, on a du voir doubler 5 voitures sur notre voyage), personne ne klaxonne ou fait des appels de phare. Il y a régulièrement des bas-côtés pour vous rabattre si vous voyiez que vous créez une file derrière vous. Le seul moment où nous avons rencontrés des stressés de la conduite, c'est en montant vers le lac Tahoe, une petite portion de route est dans le Nevada, et les conducteurs faisaient la course sur la route ! 

Faites des pauses, échangez de conducteurs régulièrement. A la fin de notre séjour, nous faisions des siestes rapides dans la voiture lorsque nous étions trop fatiguées en même temps. Lorsque l'une était assez reposée, on repartait.


Où dormir :

Nous, nous avions opté pour ne rien réserver ! Nous avons parfois eu de bonnes surprises, parfois de moins bonnes. On avait opté pour la solution d'emmener une tente et de, en dernier recours, se trouver un motel ou dormir dans la voiture. Le fait de ne pas avoir de point de chute en logement, nous a aussi permis d'être plus flexible, si un endroit nous plaisait, on restait plus longtemps, sinon, on traçait notre route.

Il faut savoir que les motels, en haute-saison (nous sommes partis en juillet et août)  sont vraiment hyper chers et souvent remplis. En fait, à réfléchir, je me suis dit que les motels était sûrement chers par rapport à nos salaires français, mais que pour un salaire américain ou suisse, ça ne serait sûrement pas la même impression. Nous avons payé entre 90$ et 160$ par nuit de motel.

Ça a été assez dur de lâcher prise là-dessus. Le premier soir, nous avons trouvé un camping qui, par chance avait un emplacement libre alors qu'il y avait écrit « Full » à l'entrée. La deuxième nuit, on a décidé de s'y prendre plus tôt - on a cherché pendant 5h sans jamais rien trouver, ni motel, ni camping, du coup, on a dormi dans la voiture. 

A Los Angeles et San Francisco, nous avons eu la chance d'être hébergées chez des amis (d'amis) !
Les campings sont à environ 30$ par nuit, et même si vous avez un van, si vous ne trouvez pas d'endroit où dormir gratuitement, il vous faudra, en plus, payer le camping. Vous avez la possibilité de réserver à l'avance les places de campings sur le site du gouvernement, mais pour cela, il faut que vous ayez établi votre parcours au jour le jour de manière précise et que vous vous y teniez (à moins que cela ne vous ennuie pas de perdre de l'argent). Je vous avoue cependant, que le site de réservations en ligne des campings est vraiment très compliqué. Nous avons du attendre d'être à Los Angeles pour qu'un habitué des parcs s'occupe à notre place de regarder dessus ce qui était possible ou non pour nous. Donc, n'hésitez pas à demander de l'aide pour traduire si vous êtes comme nous et que vous galérez. Vous avez aussi des places appelées « First come, first saved » qui ne sont pas réservables en ligne, il faut vous pointer au camping le plus tôt possible et voir si vous avez des places de libres.

Certaines grandes surfaces comme les Walmart (vérifiez si celui que vous avez à proximité autorise ou non grâce au site AllStays), certains Target autorisent le stationnement de nuit sur leurs parkings, pensez à demander l'autorisation avant et pourquoi pas, d'y faire quelques courses. Voici quelques liens qui vous permettrons de trouver où dormir : Park4Night, Allstays.

Dans les parcs nationaux :

Vous pouvez faire du background camping, c'est-à-dire, dormir avec votre tente hors des terrains de campings. Mais tout cela est réglementé. Il vous faudra avoir un permis de camping, à demander au Visitor Center. Il vous faudra aussi prévoir où vous dormirez, car pour votre sécurité (et pour venir ensuite vérifier que vous n'avez pas été attaqué par des ours), les rangers doivent toujours savoir où vous aviez prévu de passer la nuit. Vous devrez aussi emporter avec vous des caisses dans lesquelles enfermer votre nourriture la nuit et durant vos trajets.

En vous éloignant des Visitor Center et des entrées de parc, vous aurez beaucoup plus de chance de trouver un emplacement de camping libre, même en plein été. 

Dès que vous faites 3 parcs nationaux ou plus, il est très avantageux pour vous d'opter pour l'achat du Pass Beautiful is America. Il vous en coûtera 80$ (mais la plupart des entrées de parcs étant à 30/35$ c'est très vite avantageux). L'effet est rétroactif, vous pouvez l'acheter après avoir déjà fait une entrée dans un parc - il vous déduise simplement ce que vous avez déjà payé - alors gardez toujours vos tickets de caisse. Le pass est valable un an. Même si vous êtes deux, vous pourrez inscrire un seul des deux noms dessus et le céder ensuite à un de vos proches qui prévoit aussi un voyage là-bas.

Dans les parcs, vous avez la possibilité de sortir du parc pour dormir et de re-rentrer ensuite mais il faut faire la queue tous les matins et c'est vraiment pénible. Essayez de vous éloigner le plus possible des campings touristiques, nous avons trouvé un camping presque vide vers le King's Canyon, on était vraiment bien (même sachant que les ours ne sont pas loin, ce qui n'est pas rassurant du tout), la nuit, les températures descendent considérablement, prévoyez le coup avec des duvets bien chauds. A la Death Valley, pareil, éloignez vous des campings touristiques vous trouverez des places en roulant plus loin. Si vous passez par le Lac Tahoe, sachez que même en plein été, la nuit il fait maximum 5°C.

Note : la plupart du temps, il n'y a pas de douches dans les campings peu touristiques. 
 
S'occuper des formalités :  

Vérifiez auprès de votre loueur de voiture si il faut un permis international, une traduction de permis ou si votre permis français suffit. Nous avons laissé tomber plusieurs agences de locations car ils demandaient un permis international ou une traduction (il faut plusieurs mois avant de l'obtenir !)  

Faites votre demande d'ESTA sur le site officiel, cela vous coûtera 14$ et il est valable 2ans. Vérifiez que votre passeport est à jour. A l'aéroport, au contrôle de douane, vous devrez répondre à des questions. J'ai fais mon escale à Newark et  c'était vraiment n'importe quoi, j'avais une heure d'escale mais ils nous ont fait changer de file pendant au moins 30 minutes jusqu'à ce qu'un monsieur qui parle anglais avec qui je discutais dise aux contrôleurs que ça faisait 30 minutes qu'on me faisait changer de file et que mon avion partait bientôt ! Seulement là ils m'ont mis au bon endroit et 15 minutes plus tard je pouvais enfin courir récupérer ma valise. BREF. Si votre première escale est aux États-Unis et qu'en plus vous changez d'avion et de compagnie, prévoyez large !

Photocopiez tous vos documents et envoyez-les vous par mail, on ne sait jamais.

Pour l'assurance, il en existe beaucoup. Souvent, il y en a avec la carte de crédit que vous utilisez pour payer, parfois avec votre carte bancaire. Pour la voiture, ils vous proposerons plusieurs assurances aussi, nous on nous a conseillé de prendre juste la basique car c'était suffisant. 

Faites changer votre argent avant de partir, vous aurez toujours besoin de monnaie et là-bas vous risquez de payer bien plus cher. Je suis à La Banque Postale et les frais de paiement par carte et de retrait sont énormes, même avec la carte Premium (je crois bien que c'est même plus élevé avec la Premium que la basique d'ailleurs)

Comme je passais 5 semaines en Californie, j'ai opté pour des cartes prépayées, pour avoir accès à internet, envoyer des SMS et appeler si besoin. Nous avons pris la carte SIM chez T-Mobile, un forfait tout illimité à 30$ pour 21 jours. Honnêtement, j'ai été assez déçue, car à part dans les grandes villes (donc San Francisco, Los Angeles et Sacramento), il n'y avait jamais de réseau. Dans les parcs, c'est normal, car il n'y a pas d'installations, mais même dans les petites villes comme Santa Cruz, j'avais seulement un réseau Edge.

Choisir ce que l'on veut visiter, et ce qui est secondaire :

Ça c'est le plus dur. Et c'est la première chose que j'ai faite ! J'ai listé tout ce qu'il y avait à voir en Californie, ensuite, j'ai fais un premier tri que j'ai envoyé à Camille. Elle a aussi regardé de son côté et nous avons fait un choix définitif ensemble. 

Voilà donc notre trajet

- Yosemite (où nous n'avons pas pu aller car il y avait des incendies)

Comme nous n'avons pas pu aller à Yosemite, nous avons ajouté Sacramento sur notre liste, sans aucun regret ! Et nous sommes rentrées plus tôt que prévu à San Francisco, sans regrets non plus.  

En choisissant cet ordre, il y avait un sens logique pour moi. Descendre par la Highway 1 pour commencer était mieux à mon sens au début de notre trajet car nous serions moins fatiguée et que la route était longue. Terminer par le Lac Tahoe était dans l'optique de nous reposer. Commencer par le Sequoia National Park (la seule entrée du parc est côté ouest, il n'y en a pas côté est!) était aussi dans une logique, car nous voulions emprunter la Highway 395 entre la Death Valley et Yosemite (finalement nous avons eu raison car Yosemite était fermé par l'entrée ouest). Puis nous voulions deux endroits frais pour encadrer la Death Valley.

Pour vous aider à choisir, les blogs sont des ressources inestimables, l'expérience réelle des gens, non vantée pour faire venir le tourisme est un atout majeur. J'aime aussi beaucoup le site Visit California, qui est très bien fait, en français et sur lequel vous trouverez facilement l'inspiration.  

Lorsque vous établirez votre trajet, définissez combien de jours (environ) vous voulez rester sur place. Cela vous permettra d'une part, de savoir combien de jour de voyage il vous faudra (si vous avez la possibilité de partir plus ou moins longtemps), d'autre part, de vous donner une feuille de route (si vous avez besoin de points de repères). Il vous faudra aussi définir, en fonction des heures de trajets et des temps de visite des villes, le nombre de jours que cela vous prendra (revoyez toujours à la hausse vos heures de route, afin d'être large si vous avez une date butoir ou un avion à prendre). N'oubliez vraiment pas de prendre en compte vos heures de route dans le planning de vous journées, au tout début je n'y avais pas pensé - puis je me suis rendu compte que parfois, pour nous rendre d'un endroit à l'autre, il y avait presque 5 heures de trajet ! Nous faisions aussi généralement en sorte d'arriver le soir au prochain endroit que nous voulions visiter, cela nous permettais de commencer directement la journée sans nous fatiguer avec de longues heures de route.

PS : San Francisco avec des petits tout, c'est par ici.

Se nourrir :

Nous avons opté pour faire des courses lorsque nous pouvions, nous n'avions pas de glaciaire donc uniquement des aliments non périssable. C'est comme ça que nous avons mangé des toats aux avocats, des chips, du pain de mie, des tomates et des carottes pendant 3 semaines ! 

En vrai, ça ne m'a pas dérangée du tout. C'était la seule chose constante dans notre voyage (avec nos fous-rires). On a parfois mangé dans des restaurants, ou pris nos sandwichs dans des boulangeries, mais c'était surtout dans les villes, et c'est resté rare. 

Estimer son budget :

Pour 5 semaines en Californie, en comptant les repas, l'essence, la location de voiture, les billets d'avion, les visites, les bus, en fait, en comptant absolument tout, j'en ai eu pour environ 3000€. Camille a dépensé à peu près la même chose.

Sachant que les billets d'avion, en haute-saison et pris (légèrement = 1mois avant de partir pour elle et 2 semaines pour moi) au dernier moment comme nous, ont couté 1500$. Nous avons vécu en nous contentant du strict minimum (mention spéciale aux motels qui sont dans des états souvent horribles) mais toujours en nous faisant plaisir et sans renoncer à quoi que ce soit (bon, ok, sauf l'aquarium du Monterey où l'entrée était à 50$ !!).

Cette estimation, nous avions réussi à la faire avant de partir, en se renseignant sur les prix des nuits de campings, les prix de l'essence, des entrées des parcs, etc.  


Avoir la bonne coéquipière, ça compte ! 

Avec Camille, c'était notre premier grand voyage seule. Aucune de nous n'étaient jamais partie si loin et si longtemps seule. Moi c'était même carrément mon premier vol hors Europe ! J'avais déjà campé, mais très peu, il y a longtemps. On ne s'était pas revues depuis la fin de notre formation, il y a un an, et on ne savait pas si on se supporterait 24h/24. Finalement, j'ai vraiment hâte de repartir avec elle. 

Nous sommes toutes les deux calmes et conciliantes, ce qui nous a valu zéro engueulade sur quoi que ce soit comme sujet (bah oui, n'allait pas croire que passer 3 semaines avec la même personne sans jamais se prendre la tête c'est facile). Quand on n'était pas d'accord, on se le disait et on trouvait une solution. 

Nos journées étaient extrêmement longues, il fallait donc aussi tenir le rythme. On commençait généralement nos journées vers 8h/9h au plus tard lors des grosses fatigues et nous les finissions, par un film (on était d'ailleurs tellement fatiguée qu'un seul film nous faisait environ 3 jours) dans la tente et vers 21h30/22h nous dormions déjà à point fermés. En plus, dans les tentes, on est vites réveillés par la lumière du jour. Il fallait aussi respecter le rythme de l'autre, s'arrêter quand c'était nécessaire pour l'une ou pour les deux et accepter que nous n'avions pas les même forces.

On a traversé ce que Camille a appelé « l'ascenseur émotionnel » ce qui est totalement vrai car on pouvait passer des rires, de la confiance aux larmes et à l'angoisse totale en seulement une journée, voire quelques heures. L'avantage, c'est qu'on n'a jamais craqué au même moment - quand c'était Camille, je voyais le positif; quand c'était moi, elle voyait le positif. 

Alors Camille, je ne sais pas si tu vas lire ça, je te l'ai déjà dit mais merci vraiment pour t'être lancée dans cette aventure avec moi. J'imagine déjà notre prochain voyage ! Ah, et j'espère que tes doigts de pieds ne sont plus névrosés. 💖

Si vous avez des questions ou que vous voyez des choses importantes que je n'ai pas mentionnée, n'hésitez pas à me les demander par commentaires, je vous répondrai avec plaisir !

Petits Mots

Ton adresse mail ne sera pas publiée. Tu peux aussi commenter avec uniquement ton prénom.
  1. C'est un rêve qui me semble lointain, mais savoir que je le réaliserai un jour me donne des papillons dans le ventre ! C'est génial que tu aies trouvé une parfaite coéquipière pour vivre ce voyage. Ce genre d'expériences doit beaucoup souder. En tout cas je sais que les voyages vécus avec mon copain nous ont rapproché plus que tout et c'est tellement beau de partager des moments si forts avec quelqu'un. Même si je trouve la perspective de partir loin et totalement seul avec soi-même très intéressante et enrichissante à bien des égards. Un jour peut être :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette expérience m'a beaucoup apprise. La Californie plus qu'autre chose. J'adore voyager avec mon amoureux, mais j'avoue avoir adoré voyager avec Camille. Et si c'était quelque chose que je n'avais jamais envisagé comme possible, maintenant, je nous vois bien recommencer cette expérience ! C'était une occasion en or et je ne regrette vraiment pas de l'avoir saisie, même si c'était pas ultra simple tous les jours, c'était quand même plus simple que compliqué à gérer. La Californie est un pays qui a tellement de choses à apporter à nos mentalités de français (ce n'est pas un reproche, mais quand même, la vie là-bas est tellement plus prise "à la cool" et on sent tellement plus de respect de tout). Je te souhaite de pouvoir vivre cette expérience à ton tour, vraiment!

      Supprimer