Une journée en Centre-Ardèche.

30 juil. 2019

https://www.ldmailys.com/2019/07/une-journee-en-centre-ardeche.html


Il paraît que l'endroit où nous vivons est celui pour lequel nous prenons le moins de temps pour visiter. Petite, mes grands-parents et mes parents nous ont quand même pas mal fait découvrir l'Ardèche. A l'époque, j'avais d'ailleurs l'impression que nous partions pour des heures de route, super loin de chez nous. Aujourd'hui je me rend compte que les distances n'étaient pas si longues et lointaines que ça. Avec les températures en Ardèche l'été, nous avons pris une journée pour grimper en altitude. Je voulais absolument faire un tour à ces endroits. Pourquoi ceux-là plus que d'autres ? Aucune idée. En tout cas, voilà une idée de trajet pour passer une journée au frais. On s'est quand même retrouvés avec 18/20°C et de la pluie alors que chez nous (à 1h30 au sud) il faisait 35°C !

Mont Gerbier de Jonc :

Le Mont Gerbier de Jonc est en fait un ancien volcan. Il culmine à 1 551m et offre une vue à 360° sur les alentours. Le paysage vu de là-haut est absolument incroyable. Il était comme dans mes souvenirs, avec ses étals de producteurs sur la route à son pieds et son sommet rocheux. Par contre, je ne pense pas y être déjà montée auparavant. En bas il y a une maisonnette dans laquelle vous pouvez accéder à des expositions. La montée et la redescente du Gerbier-de-Jonc est assez rapide, nous avons mis à peu près une heure. Comme vous pouvez vous en douter, tout se fait à flanc de falaise - pour le reste, il suffit de suivre les flèches bleues au sol. J'ai du m'asseoir à plusieurs reprises durant la montée, et surtout, j'ai fais en sorte de ne pas regarder en bas avant d'être arrivée au sommet. Certains passages sont assez compliqués dans le sens où il y a besoin de la corde pour s'aider, mais cela reste accessible à tous. Arrivés en haut, le paysage est dépasse l'effort fourni. Selon de quel côté on regarde, on ne voit pas du tout la même chose : les montagnes, la plaine, les collines. Évidemment, nous avions à peine posé les pieds en haut que la pluie s'est mise à tomber. J'ai fais quasi toute la descente accroupie, d'une part à cause de la pluie, d'autres part car le chemin semi-aménagé (comprendre : avec des cordes et quelques marches) ne laisse pas vraiment d'autres choix.

 
 
 
 

 Les sources de la Loire : 

Comment ça « les » sources ? Oui, figurez-vous que celle-ci n'a pas fait les choses à moitié. Il y en a trois. Deux sont situées les unes à côté des autres, la troisième quelques kilomètres plus loin. Toutes sont accessibles et visibles. La première est la source « géographique », bien en évidence dans une vieille grange - tout près de la route qui passe devant le Gerbier-de-Jonc. Vous ne pourrez pas la louper car il y a un grand panneau qui l'annonce. Il s'agit de la plus connue et la plus visitée - elle est en réalité la première coulée d'eau de la Loire. La deuxième est appelée la source « authentique », elle se situe tout proche de la première, dans un bâtiment récent car rénové en 2017. La troisième est appelée la source « véritable », car c'est auprès d'elle qu'est calculée la distance que parcourt le fleuve de la Loire. Vous verrez un panneau qui l'annonce en faisant le trajet entre le Mont Gerbier-de-Jonc et la ferme de Bourlatier. Ou à pieds, en suivant le « sentier des sources ».

Lac d'Issarlès :

Alors lui, il était loin d'être comme dans mon souvenir. Il me semblait avoir été y faire du pédalo avec mes parents mais alors, aucun moyen de reconnaître l'endroit. Je ne suis même pas sûre qu'il s'agissait de ce lac du coup. Bref. Le lac d'Issarlès n'a absolument rien de comparable au lac d'Annecy, près duquel nous vivons maintenant. Ça a du jouer pas mal dans mon ressenti de l'endroit. Peut-être aussi que ses couleurs sont plus jolies lorsque le ciel est découvert. Il y a des plages et des endroits où se poser quasiment tout autour du lac. Vous pouvez longer le lac à pieds grâce à un sentier qui en fait le tour. En plus, le sentier est globalement à l'ombre car le lac est entouré de la forêt. Dans cette région montagneuse et volcanique, vous ne serez pas surpris si je vous dis que ce lac a fait son nid dans le cœur d'un ancien volcan. Il alimente une centrale hydroélectrique et il est possible que vous vous retrouviez parfois face à un lac vidé.

Ferme de Bourlatier :

J'adore cette ferme. Je la trouve extrêmement élégante, et l'intérieur (sous les combles) est à couper le souffle. Je n'ai pas trop retrouvé cette impression de grandeur que j'y avais ressenti autrefois car une exposition immense était en cours. Les immenses miroirs disposés contre les poutres rendent par contre la pièce vraiment plus grande encore. La visite se fait super rapidement, en maximum 30 minutes. Il y a aussi des visites guidées. L'entrée est de 4,50€/adulte. Il y a régulièrement (voire toujours) des expositions dans la ferme ainsi que des animations.

 
Cascade du Ray-Pic :

Cette cascade est vraiment un immanquable dans le département. Il ne s'agit pas de la chute d'eau en elle-même, mais de la paroi rocheuse d'orgues basaltique qui l'entoure. Elle est absolument à couper le souffle. En réalité, il y a deux cascades. Quand j'y suis allée il y a plusieurs années, il était possible de descendre au pied de la cascade. Depuis 2010, un aménagement touristique a été mis en place suite à des décès causés par la chute de pierre se détachant de la paroi. Il est désormais interdit de descendre au pied de la cascade sous peine d'amende (visiblement, ça n'empêche pas les gens d'enfreindre ces restrictions puisqu'il y avait des personnes en bas lors de notre visite). Cela n'enlève rien au charme du lieu. Le site est libre d'accès, il vous faudra environ 1h pour faire le trajet aller/retour.

 
 
Petits conseils :

- Pensez à prendre de l'essence avant de partir. J'étais persuadée que nous trouverions des stations essences là-haut mais il n'y en avait en fait pas tant que ça, et bien sûr, elle est hors de prix. 

- Prenez un pull, voire un kaway, les températures sont changeantes et comme vous serez en altitude, il fera bien plus froid !

- Si vous comptez grimper le Mont Gerbier de Jonc, prenez des chaussures qui ne glissent pas. Ne prévoyez pas de faire le parcours avec des enfants de moins de 6/7ans. Il y a des passages à escalader et la randonnée n'est pas vraiment sécurisée pour des petits.

- Emmenez votre pique-nique, il n'y a pas grand chose pour manger là-bas : quelques restaurants au bord du lac d'Issarlès et un au Mont Gerbier de Jonc.

Envoyer un petit mot :

Ton adresse mail ne sera pas publiée. Tu peux aussi commenter avec uniquement ton prénom.