Une journée au parc national de la Gaspésie.

19 nov. 2019

https://www.ldmailys.com/2019/11/parc-national-de-la-gaspesie.html

Au petit matin, avec la pluie et le froid, nous avons eu un peu de mal à décoller de notre super jolie chambre au motel Le Pirate. Depuis le motel, l'entrée est à environ 20 minutes. Sachez que Maps ne vous emmène pas du tout à l'entrée du parc lorsque vous mettez « Parc de la Gaspésie » en destination. Nous avons donc cherché l'entrée de tous les côtés pendant bien 45 minutes, avant de finalement reprendre la superbe route que nous avions empruntée au départ. Cette dernière amène effectivement jusqu'à l'entrée du parc mais il faut rouler un bon moment depuis Sainte Anne des Monts. La route du parc (route 299) est absolument magnifique. La pluie et le brouillard, éternels compagnons de route, ne nous ont pas lâchés d'une semelle durant notre découverte - sommaire - du parc. Au centre de service du parc, l'accueillante à confirmé nos craintes : du haut du mont Jacques Cartier, la vue était bouchée. La randonnée est censée durer environ 4 à 5h. Nous avons donc laissé tomber l'idée de monter jusque là-haut. Vous avez la possibilité de monter en navette, malheureusement pour nous, nous sommes arrivés à 12h10 et la dernière navette partait à 12h. La randonnée ayant lieue dans un espace de protection des caribous, l'accès au Mont Jacques-Cartier est ouvert uniquement du 24 juin au 30 septembre. 

Tarif de la navette : 7,50$/adulte; gratuit pour les enfants accompagnés d'un adulte, tarif pour les enfants : 5,75$

Le second mont célèbre est celui du Mont-Albert. Le sentier est ouvert uniquement de 10h à 16h, pour ne pas trop perturber les orignaux qui vivent là-haut, autant dire qu'en arrivant à 12h10, c'était bien trop court pour entreprendre cette randonnée. Pour faire uniquement le versant nord, il faut prévoir environ 5h30. Pour le Tour du Mont-Albert, il faut prévoir entre 6 et 8h. 


Le lac aux américains :

Avant notre départ, j'avais repéré la randonnée du lac aux américains. La dame de l'accueil nous l'a conseillée, au vu du temps et de la durée. Il vous faudra environ 1h30 pour grimper jusqu'au lac. Le dénivelé est assez faible, la randonnée agréable. Nous étions presque seuls durant cette randonnée, nous pouvions écouter le silence, guetter d'éventuels animaux, évoluer dans la forêt (en restant sur le sentier bien sûr !) Tout était parfait. Le brouillard était haut, ce qui nous donnait une excellente visibilité. En haut, nous avons d'abord découvert un petit chalet, il y a un poêle dans la salle principale, idéal pour passer un long moment à jouer aux cartes, à des jeux de société, pique-niquer, lire, discuter, tout en ayant une vue sublime et la chaleur. La découverte du lac a été vraiment chouette, il est impossible d'en faire le tour, à moins peut-être de continuer le sentier qui monte avant le chalet. Vous aurez une passerelle aménagée, où vous pourrez manger par beau temps. Le lac était exactement comme l'on peut imaginer les lacs canadiens, les couleurs automnales tout autour, les reflets dans le lac, le brouillard en hauteur. 

 

Mont Ernest Laforce :

La randonnée, d'environ 2h nous a été conseillée par l'accueillante. Elle nous avait vanté l'endroit comme étant la place parfaite pour apercevoir des orignaux. Nous étions un peu dépité d'avoir fait une seule randonnée dans tout le parc, alors nous avons décidé de tout de même faire celle-ci. Le sentier commence en descendant un peu, puis monte aussi sec derrière. Par beau temps, la vue d'en haut doit être sublime. Nous, tout était juste blanc et opaque. Avec la pluie, les odeurs sont décuplées, le bois mouillés, la boue. Les perles d'eau embellissent les arbres, les parterres de feuilles. Nous sommes passés devant une forêt de bouleaux tous jaunes, c'était magnifique. C'est arrivé en haut, presque au sommet, que nous l'avons vu. Les orignaux sont très foncés et il est difficile de les distinguer dans les sapins. Nous l'avons aperçus grâce au fait qu'il était en train de manger directement dans l'arbre, ce qui faisait un bruissement. Nous l'avons observé de longues minutes, silencieux. J'ai été stupéfaite de voir à quel point un animal aussi gros pouvait se déplacer en étant aussi silencieux. Ca relève presque du miracle. Il n'a pas du tout eu peur de notre présence, il a continué de manger, sans pression, et nous avons continué de l'observer. Ensuite, nous avons repris notre route mais notre chance s'est arrêtée là. Après cette randonnée, j'étais reboostée et beaucoup moins frustrée de ne pas avoir pu faire les randonnées au Mont Jacques-Cartier ou Ernest Laforce.

 

Nous avons ensuite rejoins Gaspé par de toutes petites routes, accessibles aux citadines mais pas vraiment goudronnée, voire pas du tout par endroits. Ça aura eu le mérite de nous repeindre la voiture couleur boue, mais surtout, de nous faire profiter encore des superbes couleurs rouges et orangées de l'automne durant les heures de route que nous, enfin que Pierre, a faites. Pour rejoindre Gaspé, nous sommes passés par l'intérieur du parc de la Gaspésie, par les routes 2 et 16. Je vous les recommande si vous souhaitez profiter du parc et du paysage. Nous sommes arrivés à Gaspé en fin d'après-midi.


On se retrouve bientôt à Gaspé ! 
 * Cet article contient des liens d'affiliés vers Booking. Cela ne change absolument rien pour vous mais me permet de gagner un pourcentage lorsque vous réservez via ce lien.

Envoyer un petit mot :

Ton adresse mail ne sera pas publiée. Tu peux aussi commenter avec uniquement ton prénom.